Rétromobile 2020 Classic Autostore

Rétromobile 2020

Classic Autostore participait pour la deuxième année consécutive au très célèbre Salon Rétromobile qui s’est déroulé du 5 au 9 Février à Paris, Portes de Versailles. Evènement incontournable cumulant 620 exposants et plus de 1 100 véhicules répartis sur 75 000m² d’exposition. Soit en quelques mots : le paradis des passionnés de voitures anciennes !

Durant ce grand rendez-vous plus de 120 000 passionnés ont eu la joie de découvrir cinq des plus beaux modèles de la collection Classic Autostore, à savoir : 

Deux exceptionnelles 911 Turbo look usine

La première d’entre-elles, noire à la scellerie rouge séduisait par son look bien affirmé.

La seconde à la délicate couleur perlescente, surprenait par son moteur entièrement restauré et idéalement mis en valeur. Un modèle très rare puisqu’il n’en existe que 322 exemplaires dans le monde.

Deux inédites 911 Weissach de 1980

L’une platine, l’autre noir métallique qui à elles-deux représentent une série limité de 408 exemplaires.

Une 911 3.2L G50

Inédite de part sa combinaison de couleurs rares, cette 911 de 1988 n’est pas passée inaperçu.

Vous l’aurez compris, ces belles anciennes se suffisaient à elles-mêmes, c’est pourquoi nous avons opté pour un environnement simple et épuré pour les mettre en lumière. Que pensez-vous du résultat ?

Peut-être n’avez vous pas pu faire le déplacement ? Nous vous invitons donc à découvrir en image le stand Classic Autostore et les perles rares que nous y avons exposé :

Le pro du mois

A la pointe de la Bretagne se trouve un spécialiste atypique, passionné de caisses G à tel point qu’il a décidé de ne vendre que cela. nous avions pris rendez-vous pour découvrir les 911 les plus atypiques de la côte Ouest

En rentrant dans le showroom de Classic Autostore à Brest, on se laisse immédiatement surprendre par les couleurs chatoyantes que Portent les 911 à vendre. Du rouge et du blanc, bien sûr, mais on trouve également des couleurs dont j’ignore jusqu’au nom. Bleu Polaire ? Vert Olive ? Beige Sahara ? Si cela commence ainsi, nous sommes partis pour passer un bon moment.

Un parcours insolite

Christophe Goncalves est aussi atypique que ses voitures. Un homme d’art ou un homme de l’art ? Nous vous laisserons choisir l’expression appropriée, car il a connu une première carrière comme chef cuisinier avant de se tourner vers la Porsche. Une reconversion qui n’a rien de surprenant, car dès ses 11 ans, Christophe décide de travailler tous les étés afin d’avoir un jour les moyens de s’offrir une Porsche. Il faut croire que cela a payé, car à l’âge de 19 ans, il s’offre une 911 E de 1970 avant même d’avoir le permis ! « Je ne pouvais pas la conduire, mais ce n’était pas le sujet. J’aimais trop la 911, il m’en fallait une. » Voilà qui vous pose un homme. Puis, il y a quinze ans de cela, Christophe part en voyage aux EtatsUnis. Il y reste assez longtemps pour nouer de nombreux contacts et acquérir une bonne maîtrise de l’anglais, au point d’acheter une Porsche sur place, qu’il rapatrie en France. Ce sont alors ses amis qui sont le facteur déclenchant de sa reconversion professionnelle : « Ils étaient de plus en plus nombreux à me demander quelle Porsche acheter, à me demander de les accompagner. J’avais acheté et vendu tant de Porsche et j’accompagnais tant de gens que je me suis dit qu’il était temps de franchir le pas. » Pendant plusieurs années, Christophe agit en tant que mandataire, jusqu’à ce beau matin de 2017 au cours duquel il rencontre les bonnes personnes : deux partenaires passionnés de voitures de collection qui décident de créer Classic Autostore, filiale d’un groupe important de négoce de véhicules automobile et de lui confier le soin de trouver les bonnes autos et de développer la clientèle.

 

Born in the USA

Le cheval de bataille de Christophe Goncalves, vous l’aurez peut-être compris, c’est de s’approvisionner aux Etats-Unis. Non pour profiter de la différence de prix lié à la valeur du dollar, mais parce qu’on y trouve davantage de beaux modèles. « Il y a de nombreux états secs comme le Nevada, la Californie, l’Arizona. Ce sont des endroits où les Porsche ont été préservées de la corrosion. » D’autre part, l’utilisation d’une Porsche dans ces pays est assez différente de nos contrées européennes. Au pays de l’Oncle Sam, une Porsche est souvent une quatrième voiture, qui roule peu et que l’on n’hésite pas à conserver longtemps dans la famille. « Je trouve beaucoup de deuxièmes mains, de troisièmes mains. J’ai moins de mal à trouver des voitures en bon état et à l’historique limpide » indique Christophe Goncalves. Elles sont inspectées sur place, certes, mais elles sont systématiquement révisées au Centre Service Porsche de Brest avant d’être livrées au client afin d’éviter le moindre souci. Et si vous avez encore en tête ces couleurs que je m’étonnais de n’avoir jamais vues, nous en avons ici la raison : ce sont des couleurs spécifiques du nuanciers américain ou des commandes spéciales d’une clientèle assez exigeante. Il est d’ailleurs amusant de tomber sur une 911 2.7S Vert Lumière (Lichtgrün), une nuance qui redevient très à la mode alors qu’elle était très rare à l’époque, presque moquée. Ah, la mode…

Les temps changent

Si Christophe est si pointilleux sur l’historique et le fait d’éviter la corrosion, c’est parce que 95% des autos qu’il vend sont des caisses G produites entre 1974 et 1989. Un choix passionnel autant que professionnel. « Les modèles d’avant 73 sont trop spécifiques et ne sont pas traités contre la corrosion, ils présentent trop de risques. De plus, les 911 Caisses G sont les dernières 911 purement mécaniques avec quasiment aucune assistance électronique. Elles sont un peu plus faciles à conduire que des Classic, mais elles procurent toujours des sensations d’authentique 911 » dit-il dans un grand sourire. Vient le moment où nous nous devons de mettre les pieds dans le plat : comment les clients perçoivent-ils les voitures américaines, qui n’ont pas toujours bonne presse ? Christophe note que les mœurs changent et que cela n’est plus vraiment un problème. « Le fait qu’elles soient un peu moins puissantes était peut-être gênant il y a quinze ans, mais ces Porsche ont pris un peu d’âge, elles ne sont plus utilisées de la même manière. Une différence de 14ch sur une Carrera 3.2 n’a plus aucune importance. » Quant aux parechocs à butoirs et aux phares différents, notre hôte signale qu’il propose aux clients d’effectuer la conversion en look européen à prix coûtant, une opération rapide et parfaitement maîtrisée par l’entreprise. Sans compter le fait que les couleurs rares sont de plus en plus prisées. A ce titre, des clients n’ont pas hésité à venir de Suède pour se porter acquéreurs d’une 911 SC Targa habillée d’un cuir Bleu électrique ! Les temps ont bien changé, et cela vaut sûrement mieux que l’époque où tout le monde vendait des Carrera 3.2 à « 100 000 Francs et 100 000 kilomètres » quand il était si facile de trafiquer les compteurs pour afficher les fameux 100 000. Le café a refroidi, nous avons fait le tour de toutes les voitures, et je peine encore à choisir ma couleur préférée. Et avant de reprendre la route, Christophe m’annonce qu’il s’apprête à rentrer deux raretés : deux 911 SC Weissach Edition, une série limitée à 408 exemplaires aux Etats-Unis. Classic Autostore n’a donc pas fini de nous surprendre… 

CLOSE

Filtrer les véhicules

show blocks helper

Prix

  
  • Beige
  • Bleu
  • Ivoire
  • Jaune
  • Métal
  • Olive
  • Noire
  • Rouge
  • Grise
  • Blanche
  • Verte

Tri par kilométrage

Tri par modèle

Add to cart